Return to site

Inviter la nature dans sa cuisine

Des expériences pour naturer en mangeant

· Naturer,Alimentation,Slow,Expérience

Suite à l'article Ma petite maison dans les champs, récit de mon enfance à la campagne et du liens fluide entre respect du vivant et alimentation, voici des propositions d'expérimentation pour naturer chez vous, si cela vous inspire!

Produire ses graines germées.

Vous voyez les expériences de sciences-naturelles que l’on fait faire aux enfants pour découvrir le miracle de la vie ? C’est un peu le même genre. Même adulte nous pouvons nous émerveiller de voir en quelques jours des graines germer. De plus, ces aliments sont au top des aliments les plus sains : car ils sont vivants. Prix modéré, peu de place, une infinité de graines à faire germer, autant de découvertes visuelles et gustatives en perspective.

 

Faire son compost

C’est s’inscrire dans le cycle de la nature, sans intermédiaire. Une fois consommé la partie du produit de la Terre dont vous avez besoin, il reste des déchets organiques, le rendre à la Terre… qui vous les rendra à son tour sous la forme de nouveaux fruits et légumes, c’est prendre conscience et ressentir notre appartenance au vivant. Aujourd’hui il existe des composts d’appartement de balcon et aussi des politiques publiques pour favoriser les composts collectifs, de quartier ou de résidence. Cela peut être plus facile pour se lancer et vous aurez en plus le plaisir de la convivialité avec vos voisins.

 

Le goût de la nature « nature »

Choisissez une poire (mûre !), une carotte, une tomate, une fraise ou tout autre fruit ou légume qui se mange cru. Installez-vous dans un endroit tranquille et imaginez l’histoire du fruit/légume que vous tenez dans les mains. Que s’est-il passé entre la graine qui a germé et ce moment-là ? Imaginez la graine de tomate recouverte de terre, puis arrosée, qui germe. La plante qui sort du sol, une tige, des feuilles qui grandissent, une fleur jaune, des pétales qui tombent, une petite tomate toute verte qui grossit, devient jaune, puis orange et enfin rouge grâce au soleil et à celui qui l’arrose. Visualisez la cueillette des tomates, celui qui les conditionne en barquette. Alors vient le voyage de cette tomate jusqu’à vous : le transport, le transporteur, le lieu de stockage et de vente. Votre choix de cette tomate, votre échange avec le marchand, le dépôt dans votre sac de course, le retour chez vous. Le rinçage de cette tomate qui est enfin là, dans votre assiette prête à être mangée. Regardez-là, touchez-là, sentez-là, puis mordez dedans très tranquillement. Prenez le temps de ressentir sa texture, les différentes saveurs, et mâchez jusqu’à ce qu’il devienne impératif d’avaler.

 

Le plat habituel

Préparez vous un repas comme d’habitude, et une fois votre assiette remplie, faites- le même exercice avec son contenu.

 

Matière brute

Vous préparer à manger commence par choisir vos aliments. Pour trouver des idées, le plus simple est d’aller chez des commerçants qui vendent principalement des aliments bruts et frais (primeur, boucher, poissonnier), c’est plus facile. Dans un supermarché votre œil est attiré par énormément de packagings multicolores de produits transformés qui représentent la plus grosse partie des linéaires. Là, choisissez ce dont vous as envie. Oui, littéralement. Ne pensez pas à une recette, ni à une formulation d’équilibre alimentaire, ou à comment vous allez cuisiner ce truc. Choisissez ce qui vous plaît.

Rentré chez vous, allez au plus simple : si cet aliment est comestible cru, lavez-le et découpez-le (ou pas). S’il a besoin d’être cuit, faites-le cuire à l’eau, à la vapeur ou bien au four. Je vous propose de privilégier le cru car il y a des vertus au cru qui sont perdues dans le cuit. Si vous supportez mal en digestion vous pouvez décrudire les légumes. Cru, c’est le premier stade d’un aliment, celui où il est le moins transformé. Une fois que ces aliments sont à l’état « nature comestible » choisissez ceux que vous mettez dans la même assiette… ou pas. Vous pouvez aromatiser : des herbes, une épice, une huile, un peu de sel, de poivre… Mieux vaut éviter les sauces industrielles toutes prêtes qui pourraient mettre du « bruit gustatif » dans l’expérience.

Ensuite dégustez votre repas !

Aimée

Créatrice de Prends Soin de Toi

www.psdetoi.fr

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly