Return to site

Masculin-féminin, de la dualité à l’unité, M-L. Colonna et S. Vasey

En quête de l’harmonie de l’être (2/4)

Retour sur la conférence organisée par l'INREES, le 4 mars 2017

· Expert,Evènement,Amour

Le masculin et le féminin dominés par la culture

Marie-Laure Colonna, psychanalyste, auteur et conférencière, et Stephen Vasey, thérapeute de couple et sociologue, interviennent sur le sujet des polarités masculine et féminine que chacun a en soi, et de la relation de couple.

Marie-Laure Colonna constate que nous sommes dans une culture où les rôles masculin/féminin sont encore figés, surtout pour les 40 ans et plus. Cela évolue, un peu, pour les nouvelles générations. Les hommes ne pleurent pas (officiellement du moins !), il sont tournés vers l’externe, le concret, l’action, ce qui se maitrise dans le monde. Et la femme occupe le terrain de l’intime, des émotions, de la spiritualité, de l’intuition. Si la femme souhaite, provoque, demande un échange intime, sur les émotions, elle ne l’aura pas. Cela se produit, incidemment, à l’initiative, pas forcément volontaire, de l’homme. C’est une construction culturelle qui n’a rien à voir avec la nature, les cultures matriarcales le démontrent. Cela a du sens parfois d’échanger les rôles.

Stephan Vasey, précise alors qu’il faudrait faire un monument aux « chieuses », car elles font bouger les hommes, les aident à avancer, et qu’après ils sont reconnaissants.

L'harmonie du couple est-elle incompatible avec l'érotisme ?

La notion d’harmonie du couple n’est pas évidente pour Marie-Laure Colonna, qui précise que par définition, un couple est fait de tension, de jeux de contraires, d’oppositions, qui suscitent une énergie créatrice et l’érotisme. L’érotisme vient de cette différenciation, de pôles opposés, sinon il n’y a pas de désir sexuel. Comme dans la musique où il y a harmonie parce qu’il y a aussi dysharmonie. C’est la dose qui fait le poison ou le remède.

Stephen Vasey ajoute que nous vivons dans un décalage de croyance. Nous rêvons toujours d’un couple qui dure pour toujours, alors que ce n’est plus vital aujourd’hui. Et que, par définition, le fait que chacun se développe, fait prendre le risque de ne pas le faire au même rythme, et donc d’une séparation. Il n’est plus nécessaire d’être en couple pour survivre, c’est ce qui explique que certaines personnes divorcent à soixante-dix ans.

Constat sans appel et similaire par les deux intervenants au sujet de la sexualité. L’idée d’un état amoureux spontané, avec du désir sexuel, qui resterait dans le temps, avec des enfants, le tout dans la même maison, est un mythe. Cela peut être différent dans le cas d’une relation intermittente, ou à distance. Sinon la réalité est que, une fois la phase de lune de miel passée, il y a séparation ou apprentissage, adaptation vers un amour adulte, capable d’accepter les pauses dans le désir.

Marie-Laure Colonna précise que concrètement cela veut dire abandonner l’idée du conjoint qui répondrait à toutes tes attentes (le meilleur amant, le meilleur ami, le compagnon idéal du quotidien, le père ou la mère) et qui resterait assez mystérieux pour susciter le désir. Parce que cela n’existe pas, c’est simplement inhumain, c’est une représentation immature d’adolescent. Parfois aidé par les films, ok ;-)

Le début de l’amour, c’est accepter que le lien soit vivant, donc qu’il fluctue, qu’il y ait des pauses. C’est avoir sa propre vie : des activités professionnels ou autre, des amis, sa spiritualité, une capacité à se cajoler soi-même, et ne pas tout attendre de son conjoint. Passer de l’éros à l’agapé et accéder à une sexualité différente, moins fantasmée mais plus profonde et réelle.

Stephen Vasey confirme et complète : il y a 2 types de sexualité.

  • Celle fondée sur le fantasme, l’excitation, où il y a le chemin unique de faire monter le désir pour atteindre l’orgasme
  • Celle fondée sur la rencontre, l’intimité avec soi et l’autre, où l’important c’est le voyage, il n’y a pas de but précis.  Cela laisse la place à autre chose, on se balade ensemble.

C’est un exercice qu’il propose dans ses séminaires en donnant des consignes :

  • Aux hommes de ne pas éjaculer
  • Aux femmes de ne pas chercher à atteindre l’orgasme

Stephen Vasey : "laisser faire l’amour, plutôt que de faire l’amour.​"

Les autres retours sur la Conférence En quête de l'harmonie de l'être

Pour aller plus loin :

Laisser faire l’amour par Stephen Vasey

L’aventure du couple aujourd’hui, de Marie-Laure Colonna

Prends Soin de Toi, le programme
All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK