· Pensées,Suggestions
Oui, car pour prendre soin de toi encore faut-il savoir qui tu es. Et probablement que tu sais qui tu es, sans parvenir entièrement à l'exprimer.

Tu peux être « socialement », c’est apparemment le plus facile. Cela consiste souvent à avoir. Car en effet le social « exige » de la possession : tu as un travail ou tu cherches à en avoir un, ou tu as choisi de ne pas en avoir un, donc tu as d’autres activités que tu expliques (car le « rien » effraie le social). Tu as aussi un conjoint, ou tu cherches à en avoir un. Ou pas, là encore un petit commentaire sera bienvenu pour ne pas faire flipper le social. Quand je dis social, je parle autant de ta vie sociale avec ceux qui t’entourent, que du social en toi : de ces injonctions, de ce conditionnement qui te dis ce qui est le « mieux pour toi ».

Es-tu sûr que pour dire qui tu es, tes phrases doivent commencer par "J'ai..." ?

Si la réponse se conjugue avec le verbe avoir alors que la question est être, c’est un peu bizarre, non ? Peut-être que tes possessions ne disent pas qui tu es ? Sur ce sujet de l’identité je te conseille de consulter le compte-rendu que j’ai fait d’une conférence de Serge Marquis qui parle de l’identité.

Car le plus important pour toi est que tu acceptes de faire le premier pas vers toi, sans savoir qui tu es. Car si tu sais qui tu es vraiment, au sens de en quoi tu es merveilleusement unique pour toi et les autres. Si tu sens au fond de toi un guide intérieur vraiment serein pour vivre chaque jour de ta vie, hé bien tu n’es pas là, en train de me lire. D'après les probabilités humaines que j’ai pu observer. Si je me trompe, écris-moi, je serai ravie de te lire, voire de te répondre.

Donc je vais être très honnête avec toi : la seule option est d’accepter cet état de fait, cette forme "d’inaccessibilité à toi-même". D’accepter que découvrir qui tu es, soit à la fois le chemin et la destination du voyage que je te propose de faire.

Revenons à cette question du premier pas. Celui qui entraîne le deuxième. Peut-être que pour mettre en œuvre ta décision de prendre soin de toi, tu as un obstacle ou plusieurs. Comme ton agenda, ton conjoint, tes enfants, ton travail, ta flegme… Je m’arrête là, tu vois ce que je veux dire. Alors je dois te contredire. En fait cet obstacle est un alibi. Le vrai obstacle, c’est l’espace dans ta tête ou ta décision que tu peines à assumer (est-ce que j’ai le droit ? je le mérite ? ça va servir à quelque chose ? c’est possible ?...).

Je te renvoi sur l’introduction du Guide Prends Soin de TOI ! pour te confirmer que si tu y as pensé, c’est que tu en as besoin et que ce besoin est tout à fait légitime.

Faire le premier pas pour créer un espace en toi, une fenêtre

Le premier pas que je te propose est tout petit et en même temps il est très qualitatif, un peu osé même : passer 5 minutes par jour à ne RIEN FAIRE DU TOUT. En apparence du moins. C'est indispensable pour te signifier que tu es disponible pour toi-même, créer un espace dont le sujet est ce toi qui n’est pas tout à fait exprimable encore. Je sais cela fait un peu schizophrène. Mais en fait non, cela fonctionne. Et cela rend plus sage, au sens de serein, que fou.

Concrètement quoi faire pendant ces 5 minutes ? Tu respires et expires en pensant à cette respiration. La vie commence par une respiration. Et, ta respiration, quoi qu’il se passe ou pas, où que tu sois, tu l’as toujours avec toi. C’est une alliée précieuse qui mérite toute ta considération.

  • Tu peux fermer les yeux et mettre un timer de méditation au bout de 5 minutes (la petite cloche est plus douce que la sonnerie de ton réveil) et compter tes expirations jusqu’à 10, puis redescendre jusqu’à 1 et ainsi de suite. Cela t’aidera à garder ton attention sur ton ressenti respiratoire.
  • Tu peux aussi installer l’application "Ma cohérence cardiaque" sur ton téléphone : tu inspires en regardant la boule bleu monter et tu expires quand elle descend.
  • Tu peux aussi écouter un programme de méditation, si cela t’aide. Petitbambou est reconnu, il y en a d’autres.

Et surtout si tu t’interrompt, c’est pas grave, reporte simplement ton attention sur ta respiration. Tu es humain, donc incapable de maintenir non stop ton attention sur la même chose. L’important est de revenir à ta respiration à chaque fois.

Si tu veux faire plus long, tu peux ou faire plusieurs fois par jours, aussi. Ta vie est probablement emplie de moment d’attentes (salle d’attente, transport, bouchon, interlocuteur en retard…), ce peut être l’occasion de faire plusieurs fois par jour l’exercice. Et commence tout petit, car :

Qui veut aller loin ménage sa monture​

Le soi a besoin de douceur pour se révéler. Je t’en reparlerai de la douceur, la vie m’a montré ses vertus. N’oublies pas pour ce premier pas comme pour les suivants : fais de ton mieux. C’est amplement suffisant.

Aimée

Créatrice de PSdeToi

www.psdetoi.fr

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK