Return to site

Jeûner : arrêter volontairement de s'alimenter

Il y a ce qu'on en dit, ce qu'on imagine... et puis ce qui se passe lorsqu'on expérimente, voici l'avis de Prends Soin de Toi

· S'ExtraireQuotidien,Retraite,S'OuvrirASoi

On entend tellement de chose... un peu de tri s'impose!

Jeûner n’est pas cesser de se nourrir. C’est nourrir différemment son corps, son esprit… et son âme.

Jeûner n’est pas arrêter soudainement de manger. C’est un chemin en 3 temps : entrer dans le jeûne, y être, puis en sortir, le tout progressivement, dans le respect de soi.

Jeûner ce n’est pas accepter de souffrir de la faim. Ou encore avoir un manque d’appétit pour la vie tel qu’il conduirait à surfer avec la mort. C’est au contraire se connecter à notre source de vitalité profonde, pour y puiser un élan de vie intense.

Jeûner n’est pas un moment hors de sa vie, une parenthèse où l’on retournerait ensuite à son quotidien comme avant. C’est plutôt un recul pour mieux sauter. Revenir à son quotidien avec un nouveau regard, fortifié par le fait que les sensations du corps, la connexion à soi, sont en phase avec la compréhension intellectuelle. Un nouveau regard qui conduit à une évolution du rapport à la nourriture et bien plus largement de notre mode de vie.

« Les Yeux sont pour le monde extérieur ce que le jeûne est pour le corps intérieur » Gandhi

Si jeûner est sûrement une tendance de société… c’est d’abord une pratique existante depuis les origines de l’homme. Il est dans la nature de notre humanité d’avoir besoin régulièrement d’un grand ménage intérieur, tant pour le corps physique fonctionnel, que pour l’esprit ou la connexion à son âme. Cela est d’autant plus vrai que l’entretien quotidien de nos organes internes est de plus en plus difficile. Du fait de nos habitudes alimentaires qui les mettent en sur-régime, et d’une conscience du corps souvent partielle. Le jour où l’on s’en rend compte les dommages, qui peuvent être irréversibles, se manifestent lors de maladies que l’on nomme à juste titre de « civilisation ». Au point que le jeûne est aussi utilisé comme moyen thérapeutique, comme en témoigne le documentaire d'Arte, diffusé et rediffusé : Le Jeûne, une nouvelle thérapie ?

Jeûner ne sert pas à perdre du poids pour répondre aux standards esthétiques actuels et/ou à une estime de soi dépendante de son apparence physique. Jeûner c’est se reconnecter à ses sensations de faim, en terme de quantité et aussi de nature d’aliment pour répondre à ses besoins physiologique comme de plaisir gustatif. Sur le long terme, c’est accepter la morphologie d’un corps que la nature nous a donné, dont le poids est stable, c’est-à-dire avec de légères variations, en continu, sans "être au régime". C’est s’alimenter jusqu’à satiété en savourant le goût des aliments et aussi manger parfois juste pour le plaisir de façon joyeuse et pleinement assumée. Oui, car un être humain n'est pas une machine!

Et concrètement ?

Est-ce que jeûner est facile ? La première fois où l’on s’aventure vers quelque chose d’inhabituel, il peut y avoir de la crainte et un accueil un peu mitigé de sensations nouvelles. La première fois est gratifiante en elle-même lorsque cette expérience se vit avec le désir personnel de la vivre. Une fois le chemin connu pour y entrer et en sortir, c’est un chemin agréable sur tous les plans, ce qui explique que pour beaucoup jeûner s’inscrit naturellement dans leur mode de vie, une à deux fois par an.

Est-ce que tout cela se produit d’un seul coup, après une première expérience ? Non, d’une part car comme tout apprentissage, c’est au fur et à mesure des expériences vécues que l'on avance. D’autre part car si les première prises de consciences sont immédiates, l’évolution se fait dans le temps, car cela touche à son mode de vie entier. Oser l’inhabituel, accueillir des ressentis, des réflexions inattendus, comme le désir d’explorer son propre chemin facilite cette évolution.

Jeûner c'est s’abstenir de s’alimenter tout en buvant de l’eau en abondance, au-delà de quelques jours, dans des conditions respectueuses de soi et non-risquées. Pour cela le plus facile est de participer à un séjour encadré par des professionnels du sujet. En France il y a la fédération Jeûne & Randonnées, qui recense des organismes engagés à appliquer sa charte.

La durée dépend de chacun et des moments de vie pour une même personne. Les organismes adhérents à cette charte proposent généralement des séjours d’au moins une semaine, avec préparation et reprise alimentaire avant et après. Une semaine afin que le changement métabolique interne, qui intervient au bout de quelques jours, puisse se faire. Sans cela nous parlons alors de jeûne intermittent.

Notre chouchou pour Prendre Soin de Toi, c’est Yoga-Jeûne. Les lieux des séjours, l’organisation en groupe réduit de personnes tout cela est important. Le plus distinctif est que si des cours de yoga sont proposés ailleurs, Yoga-Jeûne a inscrit dès sa création le yoga au sens large (postures, respiration, méditation, relaxation… ) au cœur de ses séjours.

Pour Prendre Soin de Toi, jeûner est assurément une bonne pratique dans la catégorie "S’Extraire du quotidien".

Pour la vie quotidienne, il y a le programme Prends Soin de Toi, des sessions découvertes "Premiers Pas" sont organisées régulièrement.

Plus d'infos et inscription sur www.psdetoi.fr

Aimée

Créatrice de Prends Soin de Toi

www.psdetoi.fr

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK